Lors d’un séjour à Cahors, nous rencontrons la sœur du copain qui faisait du cross en cabriolet traction qui me dit : pas de problème on veut se débarrasser ce cette épave que la femme de mon père a laissée lors de son divorce. Manque de chance nous sommes le 24 décembre et je n’ose pas déranger la famille en ce jour de fête. Nous prenons rendez-vous pour Pâques, elle me garde la voiture que j’aurai pour une valeur symbolique.

 

Le cabriolet traction en vente aux enchères

 

Le tableau de bord rudimentaire à restaurer.  

En fait le commissaire priseur l'aurait volontiers gardé à moindre frais.

A Pâques, mauvaise nouvelle la propriétaire a fait prendre la voiture par un huissier. Je réussis à retrouver l’huissier et à remonter jusqu’à la propriétaire. Pendant 2 mois je vais lui téléphoner tous les jours, la voiture doit passer aux enchères à Fontainebleau. Sans avoir vu la voiture, j’essaie de l’en dissuader et lui fais une offre qu’elle refuse. A la vente les enchères montent en 5 minutes à un prix très nettement supérieur. La semaine suivante, c’est elle qui me rappelle pour me dire que c’était une fausse enchère, elle cherche un client.... au prix des enchères. Je lui en trouverai un et je n’aurai pas ce cabriolet traction dont je rêve depuis 15 ans.

 

Page précédente                                       RETOUR                             Page suivante